http://www.dden42.com/

 

 

Rapport moral

Assemblée générale DDEN 2016

 

 

M. le Maire, M.le président de la communauté de communes

Mme et M. les conseillers départementaux

Mmes et Mrs les élus du canton

M. le représentant de l’Inspecteur d’académie de la Loire

Mmes et Mrs les représentants des associations amies de l’Ecole publique

Mmes et Mrs les DDEN de la Loire

Mes chers collègues

 

Je suis heureux, répondant à l’invitation de Christian Mollard Maire de Panissières, de vous accueillir au nom du conseil d’administration pour notre Assemblée générale

départementale.

C’est la 2 eme fois en peu de temps, que nous investissons la Ferme Seigne et je m’en réjouis.

 

Merci,Monsieur le Maire de nous accueillir dans votre commune.

Pour moi, c’est un lieu où j’ai rencontré des collègues, des amis ,des militants.

Panissières, c’est la ville où j’ai participé avec des collègues CPC à l’élaboration de projets, que j’ai la faiblesse de croire avoir été innovants pour l’école publique : entre autres , Tour de la Loire à vélo, plan d’action EPS dans la Loire, chemin des écoliers…

Mais Panissières c’est aussi l’épicentre d’un mouvement de protestation en 2011, contre la destruction de notre école publique par la fermeture programmée sur 5 ans de 80000postes d’enseignants. C’est en effet à partir d’ ici, que près de 30 militants de l’école laïque (dden, enseignants, anciens inspecteurs, conseillers pédagogiques, cuisinier, anciens chefs d’établissement) ont décidé de rendre leurs palmes académiques .Je suis sûr que ce jour là, ils ont eu raison de le faire et que d’autres sauront se mobiliser si d’aventure, certains tentaient à nouveau de mettre notre Ecole à genoux.

 

Mon rapport moral s’articulera autour de 3 axes :

La refondation de l’école et la mise en place des nouveaux rythmes

Les relations avec les partenaires de l’école

La laïcité à l’école

 

  1. L’année scolaire qui vient de s’achever a vu le budget de l’EN redevenir le 1 er budget

de l’état, et la création de nouveaux postes dans le 1er degré pour rattraper un peu l’hémorragie du précédent quinquennat ( plus de 80 000 postes supprimés ).Au niveau de notre département, nous continuons de déplorer en CDEN la sous dotation de la Loire pour des raisons géographiques et structurelles. Nous interpellerons à nouveau les élus sur cette situation, car ne l’oublions pas la carte scolaire est éminemment politique. Les interventions sporadiques d’élus au mois de mars chaque année le montrent bien. Il faudrait là aussi un peu plus de cohérence : peut on dénoncer le trop de fonctionnaires d’un côté et s’alarmer quand on touche aux écoles de la circonscription ou du village ou quand les ouvertures réclamées tardent à se faire.

Par ailleurs, on constate toujours la faiblesse des moyens de  remplacement qui obère l’efficacité d’une formation continuée toujours plus nécessaire.

On constate aussi la mise en place dans les zones difficiles de dispositifs : plus de maitres que de classes, AVS, service civique pour réduire les inégalités. Mais le qualitatif ne suit pas toujours le quantitatif et chaque initiative peut avoir ses effets néfastes. On voit de plus en plus de monde dans les écoles avec la multiplication des temps partiels pour satisfaire au confort des enseignants, mais les élèves ont-ils tant à gagner (surtout les plus petits) à la diversification des intervenants. Encore une fois, nous disons que l’école n’a pas été créée pour les adultes mais pour les élèves.

 

Du côté des Rased, on note toujours des insuffisances criantes : l’école ne peut pas être son seul recours. Nous avons aussi besoin de maîtres spécialisés formés pour répondre aux difficultés passagères ou installées des élèves. Mais hélas aussi, ce manque n’est pas toujours liés à l’absence de postes.

Concernant le Handicap, on entend beaucoup parler d’école inclusive mais qu’en est-il réellement ?

Les AVS sont trop peu nombreux, peu formés et sans statut. Les petites communes n’ont parfois pas les moyens de rendre leur école accessible.

 

On dit que l’enfer est pavé de bonnes intentions : c’est un peu le cas dans le domaine des nouveaux rythmes scolaires. Le cœur du projet Peillon (du moins j’ose le croire) était l’allégement du temps scolaire et l’ouverture vers la culture en général pour les enfants.

 

Hélas, ce n’est pas toujours réalité ! Certains détournent la loi en proposant (avec la complicité du décret Hamon) des temps longs de 3 heures, ce qui revient à ne rien changer le reste de la semaine sur l’amplitude du temps scolaire. Et que penser d'une coupure de deux jours et demi en fin de semaine ?

Dans le même temps, les petites communes sont en difficulté pour offrir des activités de qualité (personnel, coût …) d’autres s’en accommodent en facturant sans discernement aux parents .

Nous devons donc rester vigilants concernant la gratuité, la formation des intervenants, le respect de la laïcité d’autant que les tenants de l’école privée sont à l’affut et jouent les pompiers pyromanes en proposant de rester hors du système et des innovations (adaptation des rythmes scolaires, devoirs à la maison) tout en profitant des avantages de la loi Debré.

Pour conclure ces propos sur notre école publique, gardons à l’esprit qu’il n’y a qu’une école libre : elle est publique et laïque ; que cette école doit rassembler, ne pas trier les élèves.

Elle doit être bienveillante mais exigeante sur les contenus, les moyens, vis-à-vis des hiérarchies, des enseignants, des parents et partenaires et aussi des élèves.

Les DDEN y veillent et ils continueront car ils croient aux vertus de l’école libératrice.

 

  1. En ce qui concerne les relations avec les différents partenaires, le CA de la Loire souhaite que

Nous intensifions les contacts avec les IEN du département .Nous devons rencontrer l’inspecteur au moins avant le début de la carte scolaire pour faire le point avec lui sur la situation des différentes écoles de notre délégation, et aussi envisager les modifications qui pourraient faire évoluer la carte scolaire (RPI, primarisation)

Nous devons aussi rencontrer les maires, sachant que notre domaine d’intervention s’est élargi depuis la mise en place des nouveaux rythmes et des PEDT.

Les relations avec les élus sont le plus souvent cordiales et respectueuses des prérogatives de chacun, nous veillerons à ce que ce soit le cas partout. Les tensions avec la mairie de Villemontais ont révélé la méconnaissance, parfois, par certains ,de nos missions et de notre statut. Il faudra que chacun le rappelle sur son territoire si nécessaire. Nous avons interpellé plusieurs fois M.l’IA pour qu’il rappelle aux maires mal informés notre existence et le respect auquel nous avons droit en tant que fonctionnaires bénévoles, et aussi, que chaque fois que nous sommes injustement mis en cause, il nous apporte son soutien. Nous l’avons redit le 27 septembre 2016,encore lors de notre rencontre avec M. Thomas. Nous attendons un geste dans ce sens.

 

  1. Je terminerai par le volet : défense de la laïcité en particulier à l’école.

L’an dernier, lors de notre congrès à la Talaudière, Serge Dumay rappelait les termes de notre communiqué au lendemain de l’odieux attentat contre Charlie Hebdo :

La laïcité défend obstinément la liberté d’expression de chacun et de tous quand elle respecte l’autre.

Elle est la valeur qui nous unit pour l’éducation des enfants que les parents confient à l’Ecole de la République.

C’est pour eux que nous voulons une démocratie vivante et la Liberté que nous continuerons à promouvoir.

Que vive et brille cette lumière qui ne s’éteindra jamais ! »

 

Nous ne pensions pas que le pire était à venir et qu’il faudrait affronter les tueries du 13 novembre 2015 à Paris, du 14 juillet à Nice ou encore du 26 juillet à St Etienne du Rouvray.

Nous avons tous été bouleversés et nous avons senti nos convictions ébranlées ; mais soyons vigilants, un autre danger tout aussi grave pour notre société serait l’amalgame facile, la xénophobie, le racisme. Notre caractère laïque nous impose cette vigilance en particulier au sein de l’école.

 

Le ministère a fait du 9 décembre le jour de la célébration de la loi de 1905 dite de séparation des églises et de l’état. Chaque année ,ce doit être pour nous l’occasion de réfléchir ensemble avec tous nos partenaires sur le vivre ensemble, sur les valeurs de la République ; impulsons la plantation d’arbres de la laïcité, participons et soutenons les initiatives qui iront dans ce sens.

Par ailleurs, nous devons persévérer dans nos revendications même si parfois elles nous semblent difficiles à satisfaire : Sénèque disait :

Ce n’est pas parce que c’est difficile que nous n’osons pas mais c’est parce que nous n’osons pas que c’est difficile.

 

Alors continuons de populariser nos mots d’ordre

  • Abrogation des lois Debré, Carle et de toutes les lois anti-laïques

  • Application intégrale du code de l’éducation sur l’ensemble du territoire

  • Une école dans chaque commune dès lors que la population d’âge scolaire le permet.

  • Pas d’adaptation des repas de cantine en fonction des convictions religieuses des parents

  • Pas de prosélytisme lors des sorties scolaires : la liberté de conscience de l’accompagné passe avant la liberté de conscience de l’accompagnant

Nous devons dénoncer tout manquement, toute dérive auprès de l’administration et auprès de la délégation départementale.

 

La guerre scolaire n’est pas terminée, ce n’est pas nous qui la menons, ( je vous renvoie aux déclarations de certains candidats à la présidentielle de 2017 et/ou de soit-disant représentant de l’autorité morale), ce n’est pas nous qui la menons mais elle est réelle et camouflée.

Ne soyons pas naïfs, les tenants de l’école privée, des communautarismes ne sont pas résignés à appliquer les lois de la République. Aussi notre analyse et nos interventions ne doivent être guidées que par l’intérêt des enfants que les parents confient à l’Ecole.

 

Fidèles au serment de Vincennes, nous serons attentifs et vigilants à toutes les attaques qui viseraient à déstabiliser notre système éducatif républicain.

Le renouvellement quadriennal que nous allons aborder cette année et la cooptation de nouveaux DDEN doivent se faire dans cette transparente fermeté.

 

Merci de votre attention et vive l’Ecole publique laïque.

 

 

 

 

 

 

 

La Talaudière le 01/10/2016

R.Marion

Ecole de la Verrerie - 104 Rue de la Montat - 42100 Saint Etienne

dden.loire@gmail.com