Texte écrit et lu par Serge Dumay en préambule du CA le 3 février 2015

 

La laïcité bafouée
La tuerie des CHARLIES, a-t-elle révélé une France nouvelle ?
L'émotion a été forte, les médias, les responsables politiques y allant chacun leur tour de leur analyse. Et puis, il y a eu les manifestations du 13 janvier. "La France qu'on disait divisée, individualiste, sectaire, selon les cas raciste, antisémite ou bien islamophobe" montrait un visage contraire. Celui qu'on n'avait plus vu depuis la libération de 1944.
Le "Miracle" Français avait tout balayé, il avait rassemblé le peuple de France, les Etats du monde entier qui oubliant même ce qui se passe chez eux venaient dire oui à la liberté d'expression et non à la barbarie.
Vint le temps des pardons, des funérailles et chacun d'encenser qui ses morts, qui son armée, qui sa religion. Chaque communauté avait droit à l'éloge de ses choix, nous étions même en plein communautarisme, je croyais rêver !
Ensuite, les questions, au gouvernement, aux responsables religieux, aux responsables politiques, à qui la faute ? Il fallait lire la presse, écouter les médias, chacun avait sa réponse et sa solution.
J'avais osé le 7 janvier au soir publier un article où j'évoquais la laïcité. A lire la presse du 8 janvier, j'étais bien le seul ! Et pourtant je persiste à croire qu'il s'agissait bien d'une grande part de la vérité.
Les gestes insensés de quelques uns visaient en fait à déstabiliser nos institutions, la république et ses fondements dictés par la révolution.
La déclaration des droits de l'Homme et du citoyen avait mis fin au pouvoir monarchique de droit divin et au pouvoir de l'Eglise dans notre société.
L'histoire de notre pays suivra un chemin long et plein de rebondissements qui, après Victor Hugo disant : "Je veux l'Etat chez lui et l'Eglise chez elle", la révolte des patriotes laïques de 1871 installe la Commune qui promulgue la séparation de l'Eglise et de l'Etat, l'affaire Dreyfus et le célèbre j'Accuse d'Emile Zola, verra enfin le vote par le sénat de la loi de 1905 scellant la séparation de l'Eglise et de l'Etat.
Principe essentiel de notre république, la laïcité, a subi au fil des ans, de multiples attaques. Je ne veux pas aujourd'hui en faire le tour, ce serait trop long. Mais il ne faut pas oublier la période de Vichy, les discours canoniques d'un président de la République confiant plus volontiers la jeunesse au curé plutôt qu'à l'instituteur.

Alors oui, au bout d'un certain temps, après de nombreux atermoiements, on a entendu la ministre de l'Education Nationale, qui avait jusque là bien bégayé sa laïcité dans des déclarations hasardeuses, se montrer et oser dire le rôle essentiel de l'école dans notre république : "l'arme la plus puissante pour changer le monde", selon la belle formule de Nelson Mandela , c'est l'Education.
C'était une des premières interventions officielles où l'on entendait dire refuser" la logique de peur de l'obscurantisme en revendiquant avec force l'appartenance de tous quelles que soit les origines, les cultures ou les croyances, à la communauté nationale"
Et d'évoquer longuement la situation de noter l'école et de ses errements, d'évoquer clairement le "Vivre Ensemble" et dire tout aussi clairement que "l'Ecole est loin d'être seule responsable, elle n'est ni la cause, ni le remède à toutes les difficultés de la société"
Nous DDEN, sommes particulièrement sensibles à ce discours aux recteurs qui doit devenir la feuille de route des années à venir. Une première évocation de ce texte avec l'inspecteur d'académie adjoint a montré qu'il faudra bien montrer notre détermination à le voir appliqué.
La laïcité, n'a pas le même sens pour tous ; notre IA adjoint s'en dit le garant pour la formation des futurs enseignants, nous serons là pour y veiller, mais il faudra rassembler, c'est sur, toutes les associations amies de la laïcité pour y parvenir.
Il est des propos que nous devrons répéter sans doute, j'en ai retenu quelques uns :
*    "Une formation initiale ambitieuse des enseignants, qui intègre la laïcité dans son tronc commun"
*    "Relever le défi de la réussite scolaire du plus grand nombre"
"La charte de la Laïcité" apposée dans toutes les écoles et établissements de France, doit être présentée chaque année aux élèves, mais aussi aux parents….développer la pédagogie de la laïcité, aucune valeur ne se contemple, elle se discute, elle se DÉBAT, elle s'expérimente"
"Il faut de la formation initiale et continue, un soutien au réseau des correspondants laïcité"
    "On ne saurait concevoir un enseignement visant à former le futur citoyen sans le mettre en pratique dans le cadre scolaire"
*    "Notre politique, c'est que nous devons avancer dans cinq directions :
"La citoyenneté à l'école c'est contribuer au sentiment d'appartenance à la communauté nationale qui passe d'abord par notre langue commune, le Français."
"La citoyenneté, c'est la laïcité. Un moment symbolique, le 9 décembre, journée nationale de la laïcité"
"La citoyenneté à l'école, c'est l'égalité sous toutes ses formes, en luttant contre les discriminations sexuelles, d'origine ou territoriale"
"La citoyenneté, c'est la démocratisation, la participation et l'engagement"
"Eclairer la Société sur l'ensemble des fractures et facteurs de radicalisation"

Je reprendrai volontiers la conclusion de madame la Ministre et de JJ Rousseau : "…mille manières de rassembler les hommes, mais seulement une de les unir, l'école peut et doit être cette manière-là.

Construisons notre réflexion et notre action à partir de ces propos me parait une tâche exaltante pour les jours à venir.

Serge Dumay
 3 février 2015.

Ecole de la Verrerie - 104 Rue de la Montat - 42100 Saint Etienne

dden.loire@gmail.com